“J’en étais persuadé : le mouvement encourage la méditation. La preuve : les voyageurs ont toujours davantage d’idées au retour qu’au départ. Ils les ont saisies, chemin faisant. … La loi de la thermodynamique s’appliquerait donc au déplacement. Quand on voyage, l’échauffement du corps produirait de l’énergie spirituelle et contribuerait au jaillissement des idées. Quand le corps se meut, l’esprit vagabonde, la pensée explore des recoins intouchés. C’est une loi que connaissent les professionnels de la cavale : camionneurs, clochards et randonneurs. Souvent, les réflexions issues des tribulations sont les plus valables. « Seules les pensées qui vous viennent en marchant ont de la valeur », martelait Nietzsche au crépuscule….”

Sylvain Tesson, dans son livre Berezina, raconte son épopée Moscou-Paris en moto et l’incroyable et terrible retraite de Russie de la Grande Armée. Deux récits entrecroisés, entrecoupés de profondes réflexions.

thumb_DSCN0868_1024