Bienvenue sur Chemins de Clarté
Un endroit pour se détendre et nourrir son âme.

Qui suis-je ?

Annie Bohen, en quête de clarté, encore et toujours.

Au fil du temps, de nombreux chemins se sont ouverts pour moi, ici et là, dans le monde du travail, tant en France que dans le monde anglo-saxon. Avec mon conjoint, nous avons choisi de vivre en Creuse, à Mainsat, et avons transformé une maison en mauvais état en un lieu de vie et de joie. Nous y avons élevé 3 enfants, 3 lumières.

En cours de route, j’ai sauté à pieds joints dans le travail indépendant et durant la 2e moitié de ma carrière, j’ai œuvré comme formatrice au sein d‘entreprises variées ; les groupes que j’ai pu côtoyer m’ont permis d’affiner mon sens de l’écoute et mettre en œuvre, entre autres, les idées de Marshall Rosenberg quant à la « communication non violente ».
Parallèlement, j’ai aussi puisé de façon quotidienne de grands bénéfices du contact avec la nature – une ressource importante pour moi tout au long de mon évolution.

La rencontre du Reiki (jusqu’au 3e degré), puis du Karuna, m’ont permis de progresser aux niveaux tant spirituel qu’énergétique. Ces pratiques ont répondu au besoin profond que je ressentais, car comme le dit si bien Teilhard de Chardin : « Nous ne sommes pas des humains vivant une expérience spirituelle … nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

L’initiation au soin d’énergie christique m’emmène plus loin sur ce ‘chemin moins fréquenté’ (une expression de Scott Peck) en me proposant d’être au service de l’humanité. L’amour inconditionnel étant l’essence de cette énergie christique, j’ai grand plaisir à partager ce que j’ai reçu. D’où ce site : cheminsdeclarte.fr

Au plaisir de vous rencontrer. Bien à vous, Annie

« Chaque être humain a accès à une puissance plus grande que lui-même ».

Dr Maxwell-Maltz

Annie Bohen, membre de l‘Association l’Art de Voir

Éducation de la vision par des méthodes naturelles.

Ils ont trouvé leur Clarté Visuelle

Astigmate, hypermétrope dans un premier temps puis perte de ma vision de loin. A l’issue du stage, j’ai abandonné les verres progressifs ; mes yeux sont à nouveaux reposés et je vois bien de loin sans lunettes. Alors que je les portais constamment avant, je ne les mets que pour lire ou faire quelque chose qui demande de la précision.

C

Le lendemain du stage, j’ai senti un très net repos, une grande amélioration du confort visuel. Ce qui m’a conduit à prolonger l’expérience. Mes yeux font l’économie de leurs lunettes. Finis les irritations, les yeux rouges, les sensations douloureuses dans les yeux, les picotements, la douleur provoquée par mes lunettes en haut du nez. Un vrai soulagement.

B

En dessinant, j’ai remarqué que, sans les lunettes, je suis plus sensible aux changements d’ombre et de lumière, aux contrastes. Cette pratique du dessin pourrait bien m’aider à faire travailler la mobilité de mes yeux, pour peu que je pense à ciller souvent.

ML
et, Aliquam ipsum consequat. ipsum venenatis id massa